Journée mondiale de la justice sociale

Le 20 Février est la Journée mondiale de la justice sociale : qu’est-ce que cela veut dire ?
La date a été fixée par les Nations Unies depuis 2009 pour que les gouvernements
participants s’engagent dans des actions de promotion de la justice sociale aux niveaux
régional, national et international.


On peut imaginer que cela a été décidé à partir d’un constat que chacun de nous peut
ébaucher, bien que les situations soient radicalement différentes d’un pays à l’autre : le
sentiment de ne pas être traité de manière égalitaire vis-à-vis du logement, du travail, de
l’école est ressenti au quotidien par bon nombre d’habitants de chaque commune, chaque
région, chaque pays.
Mais que peut faire la « communauté internationale » contre la pauvreté, le chômage, les
inégalités et les injustices ? à part un débat annuel ?
Même fière de sa « déclaration des droits de l’homme et du citoyen » de 1789, la France ne
peut prétendre être bonne élève dans de nombreux domaines, du point de vue de l’état :
tous ses citoyens sont-ils « également admissibles à toutes dignités, places et emplois
publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs
talents » ?


A part la solidarité individuelle ou associative, qui prend conscience des privilèges et les
utilise pour le bien commun plutôt que pour l’accumulation de richesses vers une élite de la
société industrielle des profits, au détriment des personnes marginalisées?
En ce jour symbolique, il faudrait que chaque maire, député, ministre annonce une mesure
phare qui tendrait à apporter une solution comme une main tendue pour donner plus
d’autonomie, rendre la dignité aux exclus de la société et sortir de « l’assistanat ».


L’abandon des services publics au profit des groupes privés dans les domaines de la santé,
du médico-social, de l’énergie, des transports ….nous entraine au contraire vers une
maltraitance des plus fragiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.